Dugong transatlantique

Dugong transatlantique

Mexique, Chiapas, Novembre 2017

mexico_mw.gif                           Mexique, le Chiapas

 

San Christobal de las casas

A quelques heures de la frontière de la Mesila nous tombons sous le charme de cette veille ville coloniale espagnole située à 2.140 mètres. Surprenante et cosmopolite, de  jour comme de nuit San Christobal vie aux rythmes de ses nombreux restaurants et bars. En fin de journée les musiciens et artistes divers animent les rues colorées. Parmi les nombreuses  églises certaines façades sont de véritables chef-d’oeuvre de dentelle de pierre. Les derniers tremblement de terre ont endommagés les clochers qui s’effritent et pleurent sous les échafaudages mis en place rapidement pour les soutenir. Le musée du textile est passionnant. Il présente de façon moderne les "huipiles" du Chiapas et du Guatemala. On ouvre de larges tiroirs ou les créations sont posées à plat, des années 1920 à nos jours. C’est une merveille ! Nous séjournons une nuit au musée-hôtel Na Bolom qui nous touche particulièrement par l’histoire de ce couple qui a consacré la plus grande partie de sa vie à la protection des indigènes Lacandons. 

 

Une échappée grandiose au canyon de Sumidero nous interpelle car à la saison des pluies, les eaux charrient des tonnes de déchets en provenance des villages en amont. LA NATURE EST EN DANGER, LA PROTEGER C’EST AUSSI NOUS PROTEGER  ! 

 

 

 

San Juan Chamula

A San Juan Chamula le marché est un spectacle à lui tout seul. Les chamulas sont habillés d’une tunique de laine noire en hiver et blanche en été. Les femmes portent une jupe à poils longs de couleur noire. L’artisanat est riche, magnifiques sont les bijoux en ambre. Mais on ne peut pas repartir sans avoir visité l’église. Un appel, oui elle vous parle de l’intérieur, elle vous attire comme un aimant. Vous sentez une énergie hors du commun vous submerger. Eclairée par des centaines de bougies blanches, les aiguilles de pins jonchent le sol, de larges bandes de tissus enrubannent le plafond. Les statues des saints sont alignés le long des murs. Vidée de ses chaises et de ses bancs, les Tzotziles pratiquent le chamanisme. Ici on associe les symboles catholiques au culte des esprits et des mythes mayas. Sophie sera en son coeur et en son âme envahit. Une expérience extra-ordinaire. Nous repartons de San Christobal de Las Casas troubler en direction de Palenque. 

 

 

 

(cliquez sur l'image ci-dessous pour voir la vidéo sur le canyon de Sumidero)

canyondesumidero.JPG

 

palenque.JPG

 

Palenque signifie « entouré d’arbres ». Nous retrouvons la chaleur avec plaisir malgré l’humidité. Réveillés tous les matins par les cris des singes hurleurs, nous passons deux nuits dans une cabane à l’entrée du site archéologique. 

 

Inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco en 1987, cette ancienne citée Maya a connu son apogée entre 600 et 700 après J.-C. sous le règne du roi Pakal dont sa sépulture est sous la pyramide du temple des inscriptions. Son fils Chan-Bahlum II poursuit l’oeuvre de son père. A sa mort la cité entre dans sa phase de déclin, pourquoi ?

 

Noyés dans la jungle les monuments impressionnent par leurs tailles.  On peut imaginer assez aisément la dimension et la splendeur de cette cité Maya protégée par l’ombre de ses arbres millénaires. A la sortie, le musée propose une reproduction de la tombe funéraire du roi Pakal ainsi que de nombreuses sculptures, bijoux, masques et poteries funéraires.

 

  

 

A quelques kilomètres, la cascade de Misol-Ha nous rafraichit et nous nous offrons une baignade dans les vasques d’eau turquoise de Agua Azul. Les archéologues et les amoureux de la nature apprécieront la vente des stalactites et stalagmites pour une poignée de pesos ! 

 

 

 (Cliquez sur l'image ci-dessous pour voir la vidéo sur les cascades) Agua-azul-chiapas-dugong.JPG


Nous terminons notre boucle par la visite de deux sites archéologiques Bonampak et Yaxchilan situés à la frontière Corozal entre le Mexique et le Guatemala.

 

Noyées en pleine jungle, au coeur de la réserve du territoire des Indiens Lacandons, ces deux cités mayas sont difficilement accessibles.

Nichées en hauteur sur la rive du fleuve Usumacinta, 20 minutes de pirogue sont nécessaires pour accéder aux ruines de Yaxchilan. Le lieu est fascinant ! Dans son écrin de verdure les arbres ceibas sont majestueux. L’énergie dégagée par cette nature luxuriante réveille les ruines endormies aux passages des visiteurs. 

 

 

Antérieur aux cités voisines, Bonampak a été habité 600 ans avant J.-C. Mais son âge d’or date de 600 à 800 ans après J.-C. Connu pour ses fresques murales logées dans des petites salles de l’acropole, les couleurs polychromes sont dans un état de conservation exceptionnelle. Au sommet de ce monument, la vue sur la canopée est superbe. Les enfants Lacandons vêtus de longues tuniques colorées jouent à cache-cache dans les arbres. Les hommes sont habillés de longues tuniques blanches.

 

 

Par manque de temps, lors de notre séjour dans le village de Lacanja,  le seul rapport que nous ayons eu avec les indigènes a été mercantile.

 

IMG_5958.JPG

 

10 minutes de pirogue et nous voici en terre Guatémaltèque. Pour atteindre le bureau de l’immigration à Béthel, 1h30 de piste en collectivo nous chahute. Trois heures de voyage supplémentaire et nous arrivons à Flores. Une partie de la promenade au bord du lac est inondée mais cela n’a pas effrayé les touristes qui se rendent nombreux sur le site de Tikal. Le lendemain la compagnie Fuente del Norte nous ramène au Rio Dulce où le Dugong nous a attendu paisiblement.

 

bethel.JPG



29/11/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 106 autres membres