Dugong transatlantique

Dugong transatlantique

Cuba, Isla de la Juventud (île de la jeunesse)

cuba.gif                  Cuba, Isla de la Juventud

                              (île de la jeunesse)

C’est la plus grande après l’île principale de Cuba. Avec ses 50 Km de long elle présente des paysages diversifiés : campagne profonde au désert, forêt, mangrove et plages bien sur. 

Un peu d'histoire : arrivé au pouvoir Fidel Castro se remémore son passage dans la Presidio Modelo et rebaptise l’île. Elle portera désormais le nom de île de la Jeunesse et sera consacrée presque entièrement aux jeunes. Des écoles sont construites, auberges de jeunesse, colonies de vacances, centre de loisirs gratuits, crèches …sans oublier des camps de travail volontaires permettant aux jeunes de tous les pays de participer « solidairement » aux divers chantiers. 

 

Mais aujourd'hui quand est-il ? 

 

On veut bien les devises des touristes mais y séjourner demande parfois beaucoup de patience et de sang-froid : location de voiture difficile, accès Wi-fi peu conviviale, accès au parc national compliqué, infrastructure hôtelière insignifiante sauf pour les plongeurs qui séjournent à l’hôtel Colony et partent en bateau de la marina.

 

 

Pour nous les voileux l’entrée de la marina Siguanea au sud-ouest de l’île peut être difficile d’accès. 0,80 mètre dans la passe à mi-marée ! Eau, électricité inclus pour 37 CUC par jour pour un 39 pieds ! Calme absolu sauf lorsque certains marineros abusent du rhum.

 

Alors pourquoi les voyageurs s’y arrêtent-ils ? 

 

Si vous vous intéressez à la politique, l’île de la Jeunesse est un cas d’école. Il y a deux mondes économiques parallèles et deux monnaies qui créer déjà des tensions sociales (comme partout à Cuba). Un chauffeur de taxi gagne en deux jours le salaire d’un professeur d’université ou d’un médecin. 

 

Les salaires sont en Pesos, le CUC étant réservé aux touristes. Le change est plus intéressant en Euro car le USD est taxé. 

 

1 euro = 1 CUC, facile à retenir !

pour les petites dépenses, il vaut mieux changer quelques CUCs pour des Pesos Cubanos (monnaie nationale) dans une banque.

1 CUC = 25 pesos

 

A la Juventud, c’est le retour vers le passé avec un environnement écologique malgré eux.

En effet, l’univers numérique n’existe quasiment pas. Pour avoir internet nous avons dû acheté un coupon de une heure (1,5 CUC) dans une boutique téléphonique et nous installer sur une place publique. L'accès internet privatif est extrêmement limité.

Il y a très peu de circulation, nous avons l’impression de visiter un musée de l’automobile avec des voitures américaines des années 50, des motos tchèques des années 60/70, des véhicules russes des années 80 type Lada, quelques scooters électriques modernes, des side-cars russes de marque Oural, des bus chinois.

Les gens se déplacent principalement en carriole à cheval pour des distances moyenne ou en vélo taxis pour les déplacements urbains. Pour les longues distances le WA WA, bus local coûte 1 peso = 4 centimes d’euro. Nous l’avons testé à plusieurs reprises pour nos déplacements de la marina Siguanea au centre de la capitale de l’île Nueva Gerona (42 Km, 45 minutes). En taxis le coût est de 25 CUC l’aller pour un mini-van d’une capacité de 7 personnes. A vous de faire le calcul ! 

 

La culture des agrumes a remplacé la canne à sucre. L’élevage bovin est contrôlé par l’état. Cette viande est exclusivement réservée à l’état qui la redistribue principalement aux touristes, aux enfants et aux personnes âgées ainsi qu’aux malades. Il existe des carnets qui permettent l’achat de certains produits alimentaires comme le pain, les oeufs à tarif très réduit. Néanmoins, la distribution des denrées alimentaires est désorganisée. C’est le système D. 

Nous trouvons du poulet et des oeufs et nous achetons des ananas, bananes, goyaves, mangues, tomates.

 

La population est toujours prête à rendre service aux touristes sans contre partie.

A la boulangerie de Nueva Gerona nous avons rencontré Raoul, professeur d’une école technique située sur le site de la prison Modelo. Il parle 5 langues dont le français ce qui a facilité les échanges. Raoul nous a servi de guide toute une journée et nous avons été invité le lendemain à déjeuner chez lui avec sa femme Térésa, professeur d’Espagnol à l’université. Un échange simple, enrichissant et surtout désintéressé. De notre côté nous l’avons aidé à préparer un examen en français en vue d'un travail dans un des pays francophone des Caraïbes. Nous essayerons de maintenir une correspondance par courriel avec eux.

 

La présence policière est permanente est débonnaire à condition de ne pas sortir du rang….l’endoctrinement est bien présent. Tout se sait, vos faits et gestes sont sous contrôles. Les touristes n'y échappent pas surtout si ils sympathisent avec des cubains.

Nous pensons à ce feuilleton anglais : le prisonnier 

 

Avant de quitter la marina nous nous offrons deux plongées. Joli tombant à 33 mètres, les coraux sont variés et colorés. Nous retrouvons tous les poissons de la caraïbes. Les tortues sont petites et farouches, les gros poissons sont rares. Nous nous attendions à plus de vie marine. 

 

Pour rejoindre l’est du golf nous passons par le nord et mouillons face à la plage Colombo juste sous  la carrière de marbre de l ’île de la Juventud.

 

Notre premier contact avec la vie cubaine nous a séduit. Nous ressentons une certaine sérénité, tranquillité de vivre sur cette île et nous nous posons des questions sur notre propre mode de vie sociale et économique. Comment sera la suite de notre voyage ? 



08/06/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 106 autres membres