Dugong transatlantique

Dugong transatlantique

Les îles Caymans, Avril et Mai 2018

caiman.gif           Les îles Caymans 

caymanbrac.JPG

 

 

Cayman Brac est l'une des trois îles du territoire britannique d'outre-mer des îles Caïmans. Il s'agit d'un atoll surélevé.

 

De Santiago de Cuba, deux nuits et deux jours de navigation pour arriver sur l’île de Cayman Brac à l’est de l’archipel. Le peu de vent, nous oblige à installer le tangon dont la fixation malheureusement s’est cassée. Réfléchissons… comment faire avec un vent arrière qui ne dépasse pas les 10 à 12 noeuds. Le Cap’taine a une idée, mettre en ciseaux la trinquette sur bâbord et le geeneker sur tribord. Pour les novices ces deux voiles ne sont pas faites pour fonctionner en vent arrière. Une première sur le Dugong ! Houpi, ça marche mais les dernières heures se feront au moteur avec 5 noeuds de vent.

verscaymanbrac.jpg

A 18h30 heure locale pas question de faire notre entrée officielle. Nous prenons rendez-vous pour le lendemain matin. Sur le quai du Reef Divers Shop, car nous nous sommes trompés de quai, nous ferons notre entrée aux îles Caymans. Copies de nos passeports ainsi que de l’acte de francisation et hop nous voici au paradis de la plongée pour un mois renouvelable (50 USD par personne si nous souhaitons faire une prolongation d’un mois supplémentaire). Comme à Grand Cayman pas de frais d’entrée et les bouées sont gratuites.

 

Pour se rendre à Little Cayman pas besoin d’autorisation mais il faut faire une entrée sur place. Après Little Cayman, si nous n’allons pas par aux Grands Caymans nous devrons revenir à C. Brac pour faire la sortie.

 

Le temps est splendide, la mer est un lac et les plongées s’annoncent prometteuses.

Le compresseur ayant eu une faiblesse au niveau de l’hélice de refroidissement est donc inutilisable. Nos tanks n’ayant pas subis de contrôle visuel avec certification cette année et encore moins l’an passé, le club de diving n’accepte pas le gonflage. Aux Caymans cette inspection doit se faire tous les ans. Comme aux Grands Caymans, les centres de plongées sont très bien organisés et très professionnels. Pas de souci nous louons chaque jour les bouteilles chez « Reef Divers » à 1 MN de notre mouillage pour CIC 12,50 la bouteille au lieu de CIC 7 qui est le coût unitaire pour le gonflage. 

Facile de repérer les bouées de diving entourées d’une bande bleue avec nos waypoints. Le club nous indiquent aussi les plus intéressantes en fonction de ce que l’on souhaite observer bien entendu. Nous ferons chacun cinq plongées.

1 Tibbetteswreck.JPG

 

19° 41.688’ N / 79° 53.084’ W - profondeur 27 mètres

La frégate russe de #356 de 100 m. de long a été cédée à la Marine Cubaine durant la guerre froide. Cinq ans après la chute de l’Union Soviétique, le navire a été vendu au Iles Caymans et renommé Captain Keith Tibbetts’ pour devenir une attraction sous-marine. Coulée en 1996 sur une large bande de sable blanc, la forte tempête de 2004 l’a brisé en deux. 

Etrange sensation fantomatique, on entendrait presque la ferraille se briser sous nos palmes. Les couleurs métalliques dont les nuances de gris et de noir ponctuées par les quelques coraux de couleurs vives et les poissons mouchetés font pensées à un tableau de maitre. Un gros mérou nous suit comme un toutou. Confiant et docile, il se laisse caresser et prend la pose. Les anguilles jardinières en arrière plan jouent à cache-cache. Une merveille, nous y reviendrons encore une fois. Lors de notre deuxième immersion, le soleil n’est pas voilé. La frégate militaire semble reprendre du service, les couleurs sont plus éclatantes. Mais rassurez-vous elle est bien endormie et ne tirera jamais plus un coup de canon.

 

2 Orange Canyon.JPG

 

19° 40.701 ‘ N / 79° 52. 857’ W - profondeur à partir de 20 mètres

Après un plateau qui se situe à 20 mètres, un mur nous entraîne tout de suite vers les profondeurs (à plus de 50 mètres) si vous ne contrôler pas votre manomètre. Poissons caraïbes habituels qui s’amusent autour de joli coraux. La particularité se sont encore les gros mérous. Placides ils viennent à votre rencontre, vous frôlent. Pendant toute notre plongée nous serons escortés par l’un d’entre eux. "Regarde, juste devant nous" une tortue nage avec grâce. Le retour se fait à mi-profondeur et le spectacle s’éloigne peu à peu sous nos palmes.

 

cimetarywall.JPG

 

19° 41.910’ N / 79° 52.673’ W - profondeur à partir de 17 mètres

Au choix de rester sur le plateau sablonneux parsemé de bandes de corail ou de palmer vers le tombant qui vous entraîne rapidement vers les profondeurs. Le mérou veille sur nous et ne nous lâche pas d’une palme ! Non pas le mien, celui qui nous suit depuis le début de notre ballade, qui se laisse filmer, caresser….Il accapare toute notre attention et nous jouons avec lui joyeusement. De grosses langoustes sont tapis dans de petites cavernes tandis que les orphies rêvasses dans les crevasses. Le chemin est illuminé par les éponges-tubes fluorescentes et les éponges-vases géantes. Les petits comme les gros se cachent parmi les gorgones-plumes. Un peu tardivement, pendant notre pallier de décompression un requin de récif croisant une belle raie pastenague nous narguent. Une plongée tout en douceur.

 

4 du baateau diving.JPG

 

19° 41.943’ N / 79° 52.546’ W - sous le bateau de 8 à 18 m avant la faille

Pour notre dernière plongée nous nous immergeons du bateau en face du spot du Cemetery Wall. Sous le Dugong, des pyramides de corail hébergent de nombreuses espèces. Une raie pastenague s’amourache d’un mérou et d’un baliste royal. Nous restons dans ce jardin coloré à observer la vie marine pendant plus d’une heure. 

 

 

Cayman Brac est aussi à découvrir à pied ou en voiture. Nous optons pour la voiture. Chez CB rent a car, office en face de l’aéroport, fermé le dimanche, le coût de la location s’élève à USD 51 pour 24 heures (31 + 20 de licence obligatoire, valable 6 mois). 

 

Visites de cavernes à ciel ouvert, chemins pédestres (les trails) dans le bluff au centre de l’île sont bluffants. La végétation tropicale surgit parmi les coraux acérés et offre un abri idéale pour les oiseaux migrateurs mais aussi pour les fameux Perroquets Brac et les iguanes bleus.

 

Côté est de l’île les falaises sont spectaculaires. Maisons chics et habitations d’artistes bordent la route principale de la côte sud adossées aux roches coralliennes millénaires. Les habitations caraïbes sont colorées et bien entretenues, elles font penser à des maisons de poupées. La population est très serviable, très ZEN. Ici tout le monde se connait, il n’y a pas de problème d’insécurité. Pas de tourisme de masse, pas de sport d’eau type scooter des mers. Les hôtels se font discrets aux bords des plages. Un aéroport tout de même International amène son flot de plongeurs de toutes nationalités, peu de français ! 

 

Toutefois, pour les voileux les facilités sont assez réduites car il n’existe pas, encore, de marina. Côté sud, face aux clubs de plongées et hôtels le mouillage est extrêmement rouleur, grosse houle de fond même par beau temps. Coté nord, dans la baie de Scott pour bien dormir il ne faut pas avoir un vent Nord Nord/est de plus de 10 noeuds. Là aussi la houle de fond s’invite et c’est l’enfer. Le dock coté Scott baie permet de laisser son dinguy. A quelques pas le supermarché est bien achalandés. Le stoppe fonctionne bien pour les déplacements sur l’île. La station essence étant un peu éloignée….faut bidonner ! En conclusion : faut y venir lorsque les conditions météo sont excellentes. Justement un vent de 20 noeuds s’annonce pour les trois soir à venir, on dégage vers Little Cayman. Mais pourrons-nous rentrer dans le lagon ?

 

welcomelittlecayman.JPG

 

Après une courte navigation de deux heures, nous nous présentons devant « la passe » avec appréhension. Le temps est au beau et peu de déferlantes. Plusieurs bateaux de plongées sortent et rentrent sans difficultés. Bon faut se mouiller ! nous nous engageons moteur à fond car il y a un peu de ressac et du courant. Deux balises signalent la route, enfin nous pénétrons dans le lagon, quel bonheur !

Plusieurs bouées de mouillage sont disponibles, nous prenons la première dans 1,50m. d’eau. L’eau est TRANSLUCIDE. Une énorme raie pastenague nous accueille et un gros barracuda s’installe sous le bateau. Quelques hôtels de taille humaine bordent ce magnifique lagon. Nous laissons notre dinguy au ponton public situé à l’ouest de la baie. Une visite de courtoisie au Distric Officer (bureau de poste attenant) nous amène vers la réserve ornithologique de Booby Pond face à l’office de tourisme (wifi gratuit). Du premier étage, nous observons des milliers d’oiseaux séjournant le long de la lagune rosée. Le guano dégage une odeur très désagréable mais le spectacle reste néanmoins total. Frégates, sternes, aigrettes….se partagent les lieux.

A quelques pas, une épicerie quincaillerie proposent de nombreux articles à des prix astronomiques. La route principale est fermée lors de l’atterrissage des bi-moteurs. Un restaurant,  un musée, une boutique de souvenirs, une église évangélique dont les constructions sont en bois de couleurs pastels vous sourient; voici l’ambiance du centre ville de Little Cayman. Nous allions oublié le principal, les gens…ils sont d’une incroyable gentillesse, sans vous connaître ils vous saluent, même en conduisant. Ambiance chic et cool.

 

Pour des raisons familiales graves nous ne restons que trois jours et rejoignons en urgence Grand Cayman pour rentrer à Paris en laissant le bateau dans la marina Barcadére pendant dix jours. 

 

 

 

Jeudi 3 mai, Carla a commencé son nouveau voyage.

Nous prions pour son âme.

"....Les pétales de roses blanches couronnent ton voile,

un chemin d'étoiles s'ouvre dans le ciel..."



29/05/2018
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 105 autres membres