Dugong transatlantique

Dugong transatlantique

Bolivie 1/2, août 2015

thumb_drapeau-Bolivie-etoileb-004.gif                      BOLIVIE 1/2            DSC_2250.JPG

 

 

(Afin de faciliter le téléchargement des 231 photos qui agrémentent cet article, nous avons scindé en deux parties ce pays)

 

Plus agricole et moins industrialisée que le Pérou, la Bolivie souffre de ne pas avoir l'accès à la mer. Elle revendique son art de vivre ancestral et chante des airs révolutionnaires dans les rues de La Paz. 

Les indiens quechuas et aymaras, les grands espaces, les lamas, les ponchos, les bonnets multicolores ont nourri nos rêves d'enfant et ont été sources d'inspiration de maintes aventures, dont celles du célèbre reporter Tintin imaginé par Hergé.

Vivre en altitude à plus de 3.400 mètres pendant un mois est difficile en ville comme en pleine nature. L'air est sec, les poumons manquent d'oxygène, les marches sont lentes et la pollution de certaines villes vous font suffoquée. Mais quel beau pays !

bolivie-dugong-carte.jpg

 

Copacabana - 3.800 mètres d'altitude

Un curé baptise voitures, camions et motos devant sa paroisse. Le lac Titicaca est en pleine effervescence, jet-skis, pédalos, navettes pour les îles transforment la plage en croisette.

 

 

 

La Paz - 3.650 mètres d'altitude

Enorme cuvette dont les rebords se couvrent de maisonnettes en brique ocre tel un énorme lego. Les cabines rouges et jaunes du téléphérique jouent la modernité face à une ville grouillante. La nuit venue elle se pare de mille feux et scintille comme un arbre de noël. Tiwanaku n'est pas loin, nous pensons à Fabien fan de Tintin. Hergé s'est inspiré de cette civilisation pré-inca et de la porte du soleil pour réaliser entre autre son album "Tintin au temple du soleil".

 

 

 

Le parc Torotoro - 2.700 mètres d'altitude

C'est dinosaures au programme ! 

Des traces remarquablement conservées jonchent le sol sans aucune protection. Coquillages fossilisés, cavernes et peintures rupestres, canyons et succession de cascades asséchés dévoilent un riche passé préhistorique. Notre guide Emilio sort de sa besace une flûte et improvise des airs andins qui résonnent dans la grotte cathédrale de Itas. On joue les spéléologues sans aucune sécurité dans la grotte de Umajalanta. Nous avons l'impression d'être les premiers à la découvrir en descendant par la corde à noeuds que vient tout juste de fixer notre guide. Pas d'aménagement donc pas de lumière, la frontale est notre amie. Une voute de stalactites s'offrent à nos yeux...

 

 

Sucre - 2.750 mètres d'altitude

Un tyrannosaure nous accueille à l'aéroport de Sucre.

Cette cité coloniale est un bijou de l'art baroque d'Amérique latine où nous nous ressourçons pendant une semaine dans un studio loué au Consulat de France. Cette ville-musée est agréable à vivre, on respire mieux, les rues sont propres, le climat est doux et ensoleillé.

 

 

Potosi - 4.090 mètres d'altitude

Nous empruntons le ferrocarill FCA pour nous rendre à Potosi. Sept heures de collectivo Mercedes sur des rails à travers des montagnes et des vallées sauvages à la vitesse d'un escargot. Moutons, chèvres, cochons, chiens traversent les voies et ralentissent le train.  L'arrivée à Potosi est surprenante. L'air y est irrespirable, les bus crachent une fumée noire qui encombre nos poumons. Cette ville minière détient encore des trésors qui ne sont pas uniquement le fruit du cerro Rico ("colline riche"). Le centre historique abrite une étonnante concentration d'églises et de maisons coloniales. L'histoire de cette ville est pathétique et mérite tout notre respect.

 

 

 



26/09/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 106 autres membres